Bâtiment et construction

Numérique dans le bâtiment : lancement de l’appel à contributions

Publié le 28 juillet 2014
, mis a jour le 24 octobre 2014

Le 25 juin dernier, lors de la présentation des premières mesures pour relancer la construction, Sylvia Pinel a confié à Bertrand Delcambre, une mission autour du bâtiment numérique. Objectif : impulser l’entrée du bâtiment dans l’ère du numérique afin de permettre le développement d’une offre de logement, en nombre, de meilleure qualité et à moindre coût.

Numérique dans le bâtiment : lancement de l’appel à contributions

Numérique dans le bâtiment : lancement de l’appel à contributions - Fotolia

Bertrand Delcambre, nommé ambassadeur du numérique dans la construction, vient de lancer un appel à contribution en vue d’identifier les initiatives et propositions opérationnelles des acteurs pour développer le numérique sur tous les types de projets ou de chantiers de construction.

Ces contributions ont pour objectifs :

  • d’établir l’état des lieux du savoir-faire français du numérique appliqué au bâtiment et tout particulièrement en matière d’applications concrètes de la maquette numérique bâtiment ou du BIM (« Bâtiment et Informations Modélisés »), sur toutes les phases de la vie des projets de construction (conception, construction, réception/livraison, exploitation/maintenance, rénovation, déconstruction) ;
  • de rassembler les réflexions et suggestions relatives aux conditions d’appropriation des outils numériques par tous les acteurs de la filière.

Les éléments pouvant servir de référence aux gains potentiels (délais, qualité, coûts) des projets « BIMisés » sont notamment à mettre en évidence, au regard des investissements nécessaires (formation, logiciels, accompagnement changement …).

Au-delà des outils logiciels indispensables au fonctionnement du BIM, se pose la question de la mise à disposition, sous une forme numérique adaptée, interopérable, fiable et pérenne dans le temps, des informations nécessaires à l’acte de construire ou de rénover : règlements, règles de l’art, catalogues de produits industriels…

L’avènement de ces nouvelles pratiques soulève des questions relatives au jeu d’acteurs : en quoi, le passage d’une ingénierie classiquement séquentielle à une ingénierie concourante ou collaborative va-t-il modifier le rôle de la maîtrise d’ouvrage et remettre éventuellement en question les pratiques de la maîtrise d’œuvre et des autres intervenants à l’acte de construire : entreprises, industriels, gestionnaires de patrimoines… ? Faudra-t-il mettre en place de nouvelles missions spécifiques à l’usage du BIM ou adapter les missions actuelles ?

Ces nouvelles pratiques et les modalités d’échanges électroniques sous-jacentes risquent d’impacter les droits et responsabilités des acteurs de l’acte de construire : comment garantir la qualité des données produites et échangées, comment gérer les questions de propriété intellectuelle... ?

Quelles sont les perspectives de valorisation de la maquette numérique, au-delà du process de construction lui-même ? Quel sera son impact sur la valeur patrimoniale ?

Par ailleurs, le numérique doit pouvoir être exploré comme une des voies d’avenir permettant de répondre, par le développement d’applications de formation en ligne, aux gros besoins de formation des professionnels du secteur du bâtiment : Bertrand Delcambre sera très attentif à l’analyse des expériences en cours en la matière et aux conditions techniques et économiques de leur déploiement à grande échelle.

Comment contribuer ?