Signature du Contrat de ruralité du Pays de Bray

En présence de Jean-Michel Baylet, ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, Nicole KLEIN, Préfète de la région Normandie et Xavier LEFRANCOIS, Conseiller régional, Président du PETR du Pays de Bray et Maire de Neufchâtel en Bray ont signé, mardi 22 février, le Contrat de ruralité du Pays de Bray.

Trois comités interministériels aux ruralités (CIR) ont été tenus en à peine plus d’un an ; ils ont permis d’acter 104 mesures qui concernent tous les domaines de la vie quotidienne de nos concitoyens des territoires ruraux. Les Contrats de ruralités sont un dispositif phare de cette action sans précédent menée par le Gouvernement en faveur du milieu rural. Ils représentent pour la ruralité l’équivalent des Contrats de ville pour les territoires urbains.

Signe d’un véritable intérêt des élus locaux pour cette démarche partenariale nouvelle, une cinquantaine de contrats ont d’ores et déjà été signés, près de 400 seront conclus d’ici la mi-2017. 216 millions d’euros du Fonds de soutien à l’investissement local (FSIL) leur seront dédiés chaque année en plus des crédits de droit commun de l’État, ce qui représente un engagement financier conséquent et inédit.

L’État s’engage pleinement aux côtés du Pays de Bray. Il apporte un soutien significatif, par la mobilisation de 3,5 millions d’euros dès 2017, notamment grâce à la mobilisation du FSIL à hauteur de 1,638 million d’euros et de la DETR à hauteur de 845 000 euros.

Le Pôle d’Équilibre Territorial et Rural (PETR) du Pays de Bray est composé de 3 communautés de communes (Canton de Londinières, Bray Eawy, Quatre rivières) regroupant 116 communes.
Situé au nord-est du département de Seine Maritime, le Pays de Bray s’étend sur 1300 km² et compte 60 000 habitants. Le territoire jouit de l’influence des grands pôles urbains qui l’entourent, d’une identité rurale traditionnelle ainsi que d’un patrimoine riche.

Inscrit dans une réelle logique de projet de territoire, le contrat de ruralité définit des objectifs pour 6 thématiques, réparties en 32 actions.

1. L’accès aux services et aux soins

Par ce contrat, le PETR du Pays de Bray s’engage pour l’accès aux services et aux soins. Proposer des solutions innovantes pour construire l’offre de services en est l’axe majeur.
Il prévoit de renforcer l’offre de services publics, de favoriser les pratiques de mutualisation.

Ainsi une maison de services au public verra le jour à Gournay-en-Bray dès 2017. D’autres opérations de mise aux normes et d’agrandissement des bâtiments communaux, notamment la salle des expositions de La Boutonnière à Neufchâtel-en-Bray, visitée ce jour par le ministre, seront permises par les subventions de soutien à l’investissement local.

2. La revitalisation des bourgs-centres

Le cadre de vie des habitants et les activités économiques dépendent des centres à proximité.  Le PETR du Pays de Bray a souhaité en dynamiser les fonctions. Aussi, les centres-bourgs de Quièvrecourt et Callengeville engageront des opérations de rénovation pour renforcer leur attractivité économique et touristique.

3. Développement économique

Valoriser les aspects touristiques au profit de l’économie locale est un autre objectif du contrat. La rénovation du village vacances de Forges-les-Eaux en constitue un moteur. Elle permettra de renforcer l’attractivité du territoire grâce à son patrimoine historique et naturel.

4. Les mobilités

Le PETR du pays de Bray s’attache au déploiement d’une offre de transport adaptée. L’intermodalité sera encouragée, notamment grâce à l’aménagement des abords de la gare de Montérolier, qui permettra aux habitants de se rendre à Rouen pour travailler en limitant l’usage de véhicules personnels.

5. La transition écologique

Le PETR a identifié des enjeux de développement liés aux dépenses énergétiques, au traitement des déchets, au développement des initiatives -privés et publics- en faveur des économies d’énergie en promouvant les installations d’énergie renouvelable.

Lauréat de l’appel à projets Territoires à Énergie Positive et pour la Croissance Verte (TEPCV), il pourra, grâce au contrat, engager des travaux de réhabilitation énergétique de bâtiments communaux ou encore acquérir des véhicules propres.

6. La cohésion sociale

Pour répondre au défi de la cohésion sociale, le contrat de ruralité a vocation à enrichir et favoriser l’accès à l’offre culturelle du territoire mais également à intensifier la pratique du sport grâce à une politique ambitieuse en faveur de la création, de la rénovation et de l’extension d’équipements sportifs, notamment la construction d’un centre aquatique sur la communauté de communes de Bray Eawy qui remplacera l’ancien devenu obsolète.

Partager: